Marie Schneegans (Workwell) : ses 7 conseils pour booster sa productivité et s’épanouir au quotidien

On s’est connue sur les bancs de l’université…

J’ai rencontré Marie sur les bancs de Paris-Dauphine, en première année. Elle venait de Suisse après une première vie dans le mannequinat. Quelques années plus tard, nos trajectoires se sont séparées… mais se rejoignent de nouveau au salon Viva Tech, organisé par Les Échos et Publicis. Je suis devenue journaliste, elle a monté Workwell, LA start-up du moment qui favorise le bien-être en entreprise. Après plusieurs échanges par messages promettant de se revoir, c’est chose faite un frais matin d’avril 2019.

Marie_Schneegans_4
Marie et ses chapeaux, une longue histoire d’amour ! ©Workwell

Au détour de notre conversation autour d’un café surmonté de sa délicieuse mousse de lait de soja, nous parlons bientôt de méditation, de yoga, d’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle… Mais comment Marie parvient-elle à favoriser son bien-être dans son quotidien à 1 000 à l’heure ? Elle a répondu sans tabou à mes questions. Je vous en livre aujourd’hui les meilleurs moments.

Être productive, prendre soin de soi... Ses conseils

1# Bien organiser son agenda hebdomadaire

« Je commence tôt mes journées, dès 7h30 pour mes premiers rendez-vous ou les réunions de début de semaine avec l’équipe. » Des rendez-vous qu’elle n’hésite pas à faire par téléphone ou à organiser directement chez elle, dans le 17e arrondissement parisien. L’équipe de Workwell vient même y bosser ! Marie sait aussi se donner du temps pour avancer sur tous les (nombreux) dossiers en attente sur son bureau virtuel, coupée de toute distraction. « Je me bloque chaque après-midi pour travailler sur tous les sujets que je dois traiter, puis j’ai de nouveau des rendez-vous le soir, des afterworks ou des dîners. »

denise-jans-1203943-unsplash
Pour être au top de l’organisation, toujours miser sur un agenda et de bonnes applis ! ©Unsplash

Elle le concède : passer ses soirées sur son travail empiète sur sa vie personnelle (le plus dur, me confie-t-elle, est de ne pas voir ses amis autant qu’elle le voudrait) et constitue l’une des parties les plus fatigantes de son agenda. « Mais c’est là que sont les dirigeants et j’ai besoin de ces rendez-vous pour cultiver mon réseau. » Elle se donne tout de même des règles et définis noir sur blanc dans son agenda des créneaux dédiés à ses activités personnelles (elle fait jusqu’à 7h de sport par semaine !) et pour son amoureux.

2# Compter sur ses outils (numériques) au quotidien

Pour maintenir la cadence de travail, Marie s’appuie sur deux outils : Notion et Slack. Notion est une plate-forme permettant de planifier et assigner des tâches, organiser des idées, créer une roadmap. « Toute l’équipe y est connectée, et on partage aussi la roadmap avec nos clients pour être transparents. Quand on leur dit qu’on ne peut pas ajouter une fonctionnalité à l’appli, c’est qu’on ne peut vraiment pas dans les prochaines semaines ! », confie-t-elle en riant.

Capture d’écran 2019-05-14 à 18.18.49
Démo de la plate-forme Notion. ©DR

Chaque lundi matin, l’équipe de Workwell fait des points d’étape et définit les priorités de la semaine. Un compte-rendu est à chaque fois reporté dans Notion pour que les équipes à l’étranger puisse en prendre connaissance. Et pour être toujours en contact avec les équipes, en fonction des projets ou des compétences, tout le monde est connecté à Slack, une plate-forme de messagerie en ligne.

iPhone Messages - French (France).png
Démonstration de la plate-forme de messagerie Slack. ©DR

Et rien de mieux qu’une to-do list, que Marie met à jour tous les vendredis après-midis pour la semaine suivante. « Je fais remonter certains sujets indiqués à ‘plus tard’ pour les régler dans les jours qui suivent. » Elle a aussi un carnet constamment à portée de main pour noter la moindre idée et se décharger mentalement. 

3# S’allier à de (précieux) mentors

L’autre facette de son inspiration (et indispensable à sa stabilité d’entrepreneure !), c’est l’accompagnement par des mentors. Depuis son stage à la banque UBS, en Suisse, Marie a pris soin de bien s’entourer pour apprendre toujours plus (et mieux). Après son passage à San Francisco, où l’appli Never Eat Alone (l’ancêtre de Workwell) a été incubée, elle rencontre Clara Gaymard (l’ex-DG France de General Electric) et Gonzague de Blignières (président d’Equistone Parners Europe, entre autres) à son retour à Paris. « Ce sont des personnes incroyables, que je peux appeler en pleurs en toute confiance », raconte-t-elle pudiquement. « Il y a plein de réflexes que je n’ai pas encore en tant qu’entrepreneure, et ils sont là pour me conseiller, relire un contrat… »

Surtout, elle est attachée à se faire accompagner par plusieurs mentors, en fonction de leurs expertises… et pour ne pas trop les épuiser ! C’est ainsi que Clara Gaymard est l’une de ses mentors, mais aussi John Chambers, chairman de Cisco« Le plus dur, c’est d’oser. Ce n’est pas très français d’avoir un mentor, c’est pourquoi les premiers étaient américains. » John Chambers est ainsi devenu son mentor après une rencontre (express) à VivaTech (encore !) et une relance directement sur son portable. Marie nous le dit : il faut OSER !

4# Se ressourcer par le sport et la méditation

« C’est un marathon d’être entrepreneur, il ne faut pas tout donner au début ! », m’a-t-elle dit en riant durant notre conversation. Et c’est vrai. Pour trouver un semblant de stabilité dans un emploi du temps souvent mouvant et chargé, Marie s’est créé des rituels. « Ça me rassure car le reste de mes activités change tout le temps ! » Sa routine passe d’abord par une pratique sportive intensive (jusqu’à 7 heures par semaine, donc) : boxe thaïe, tennis et natation sont au programme.

prashant-gurung-1335521-unsplash.jpg
Marie pratique notamment le tennis. ©Unsplash

Une professeure de yoga vient dispenser aussi une heure de cours directement dans les locaux de Workwell, chaque semaine. Plus ponctuellement, elle fait également appel à une sophrologue pour canaliser son stress et mettre en place de bonnes pratiques. « Et pour m’apaiser, rien de mieux que d’écouter un peu de musique classique ! » Elle m’avoue aussi méditer régulièrement depuis son stage à UBS [voir encadré ci-dessous] : « C’est devenu une habitude et je ne peux plus m’en passer ! » 

jd-mason-757201-unsplash.jpg

Si elle me confie préférer méditer le matin, pour commencer la journée « avec les bonnes intentions », Marie n’hésite pas à y avoir recours avant une importante prise de parole ou avant de se coucher, pour faire redescendre l’énergie, en particulier après un dîner ou une soirée. Et parce qu’elle assume de mieux s’écouter qu’avant, elle participe aussi à des retraites spirituelles dans des ashram : « J’ai besoin de cette déconnexion de tout, y compris loin de mon téléphone, sans sollicitation extérieure. »

5# Prendre le temps de lire chaque jour

Avant de se coucher, Marie prend le temps de feuilleter quelques pages d’un livre pour déconnecter de sa journée bien chargée. C’est aussi une ressource inépuisable d’inspiration et de bonnes pratiques à instaurer au quotidien. « Dernièrement, j’ai lu le livre de Christophe André, Mathieu Ricard et Alexandre Jollien, j’ai adoré ! J’avoue aussi me plonger souvent dans les pages du magazine Psychologies. » Généreuse, Marie m’a ouvert les portes de sa bibliothèque et m’a indiqué les références bibliographiques qu’elle n’hésite pas à consulter en cas de coup de blues ou d’interrogation.

nicole-honeywill-704526-unsplash.jpg
Lire chaque jour, une bonne pratique inspirante et ressourçante. ©Unsplash

Les 11 livres en développement personnel recommandés par Marie :

– Seeking the Heart of Wisdom de Joseph Goldstein & Jack Kornfield
– The Untethered Soul – The Journey Beyond Yourself de Michael A. Singer
– Les outils des géants – Leurs clés pour réussir de Timothy Ferriss
– Tribe of Mentors de Timothy Ferriss
– Forcer le destin – J’ai choisi le succès, l’échec m’a rattrapée d’Aude de Thuin et Jeanne Siaud-Facchin
– Option B de Sheryl Sandberg
– Teachings of the Buddha de Jack Kornfield
The Art of the Good Life de Rolf Dobelli
– Méditer, jour après jour de Christophe André
– Adultes sensibles et doués – Trouver sa place au travail et s’épanouir d’Arielle Adda et Thierry Brunel
– Awaken the Giant Within d’Anthony Robbins

À noter : la plupart sont des ouvrages américains et tous n’ont pas été traduits.
Tu trouveras aussi ici et d’autres références (en français) sur la thématique du développement personnel.

6# Se faire coacher

Yoga, méditation, sophrologie, retraite spirituelle… Autant de sujets sur le devant de la scène et de plus en plus à la une des magazines en France, mais finalement assez peu (re)connus par le grand public. J’ai donc interrogé Marie sur ce qu’elle pense de cette tendance et si elle est accompagnée sur ces thématiques.

alejandro-escamilla-2-unsplash.jpg
Être coachée pour prendre du recul sur soi-même, c’est l’une des clés de l’équilibre de Marie. ©Unsplash

Elle m’a confiée solliciter régulièrement une coach en développement personnel depuis près d’un an, qui lui ouvre les yeux sur certains mécanismes du fonctionnement humain. « Ce n’est pas donné mais c’est un bon investissement. J’ai des devoirs à faire sur moi-même, c’est très intéressant de voir quelqu’un de l’extérieur. »

7# Avoir des activités annexes

Ce que j’adore chez Marie, c’est sa légèreté quand elle parle de son métier, son côté humble… et son côté slasheur. Pourquoi n’être « que » CEO de Workwell quand on peut mener de front d’autres projets ? C’est ainsi qu’elle a décidé de travailler sur un livre pour partager ses bonnes pratiques autour de l’organisation et de l’entrepreneuriat. Un livre sous forme de BD qui devrait voir le jour à l’automne 2020… Je n’en dirai pas plus !

Marie_Schneegans_3.jpg
Marie, lors d’un shooting photos officiel pour Never Eat Alone. ©Workwell

Elle a aussi été choisie pour faire partie du comité exécutif des moins de 40 ans du Medef. Et elle accompagne à son tour de jeunes entrepreneurs de l’université Paris-Dauphine. « C’est important qu’il y ait des role models, montrer qu’il y a d’autres chemins que de travailler dans un grand groupe. D’ailleurs, je me dis que certains jeunes au lycée seraient plus épanouis en sortant de la voie « traditionnelle » des écoles prestigieuses et de postes dans des grosses boîtes. Il y a une partie de la population qu’on laisse de côté en raisonnant ainsi. » Humble, engagée. Et la tête (encore) pleine de projets.

Workwell, qu’est-ce que c’est ?

En 2015, suite à un stage à UBS où Marie souhaitait déjeuner avec des collègues d’autres départements, elle lance l’appli Never Eat Alone. L’objectif : donner la possibilité aux employés de différents services de se retrouver pour déjeuner autour d’une passion commune ou d’un centre d’intérêt ! L’idée a convaincu de nombreuses entreprises du CAC 40, mais aussi des sociétés étrangères. Après une levée de fonds auprès de plusieurs investisseurs, comme Unibail ou la famille Carle, Never Eat Alone est intégré à la plate-forme Workwell, qui centralise tous les services que les employés d’une entreprise peuvent utiliser au bureau. Plan du bâtiment, cours de sports, salles de réunion disponibles, menu du restaurant… Une seule appli suffit pour retrouver toutes ces informations ! Envie d’en savoir plus sur Workwell ? C’est par ici.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s